Aujourd’hui, nous parlons du frêne commun ou frêne élevé, arbre endémique d’Ecosse. Cette espèce majestueuse est en danger et a grand besoin de notre attention.

 

Frêne commun en Ecosse

Frêne commun dans le paysage écossais

Le frêne commun a pour nom latin fraxinus excelsior. En anglais, son nom est ash tree, ‘arbre cendré’, que certains attribuent à la couleur cendrée de son écorce. Le tronc est gris et lisse chez le jeune arbre, mais se crevasse avec l’âge, souvent dans un motif caractéristique de losanges.

Sa couronne (ou houppier) est ample et irrégulière, avec un feuillage peu dense. Ce qui signifie qu’il pousse comme bon lui semble, projetant ses plus grosses branches sans direction particulière. En hiver, son squelette dénudé est une vision dramatique qui se découpe du ciel, particulièrement appréciée des artistes tels que Constable, qui mena maintes études sur le fraxinus excelsior. Voici l’une d’entre elles :

Etude de frêne, John Constable (1776-1837)

Etude de frêne, John Constable                 (1776-1837)

Voici deux façons de vous assurer que vous êtes en train d’observer un frêne commun :

Numéro 1 : Ses feuilles. Elles sont ‘composées ‘, avec 7 à 9 folioles lancéolées, à sommet et base pointus et à bord finement dentelé.

Feuille de frêne commun

Feuille de frêne commun

Mais ne le confondez pas avec le sorbier ou sorbus aucuparia. Ce n’est pas du tout la même famille d’arbres.

Feuille de sorbier

Feuille de sorbier

Numéro 2 : La ramification opposée. Les branches latérales sont placées sur le même noeud et poussent en paires divergentes. Les botanistes appellent ce phénomène la ‘ramification opposée’. Le frêne partage cette caractéristique avec l’érable et le marronnier d’Inde. A moins qu’un arbre ait perdu une branche ou deux, vous retrouverez invariablement cette structure.

Unité architecturale du frêne

Unité architecturale du frêne

En automne nous retrouvons également les fruits ailés du frênes, appelés samares, qui tournoient aux vents alors qu’ils tombent. Ils sont désignés aérodynamiquement pour se disperser latéralement à partir de l’arbre. La nature est terriblement intelligente. Aux débuts de l’aéronautique, ces hommes extraordinaires observèrent les samares pour avoir des idées pour leurs machines volantes.

Ailes ou samares du frêne

Ailes ou samares du frêne

Le frêne est l’un des premier arbres à perdre ses feuilles en automne et parmi les derniers à les déployer au printemps. Les feuilles n’ont pas tendance à roussir, mais tombent alors qu’elles sont encore vertes. Dans les forêts, les feuilles vert pâle des frênes créent un contraste saisissant avec les couleurs automnales des autres arbres.

Le bois du frêne est très dur, mais sa souplesse le rend particulièrement durable et résistant. Il fait de bons manches d’outils pour les marteaux et les haches, et l’on en fait de multiples usages, des raquettes de tennis aux chaises. En remontant plus loin les Vikings utilisaient le frêne pour leurs lances et les objets destinés à recevoir du poids, tels que les lattes de lits et les essieux de chariots. Quand il n’y avait pas d’ifs à disposition, le frêne donnait également d’excellents arcs et flèches. C’est un bois si versatile qu’il était abattu en grandes quantités en Grande-Bretagne jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale.

Lit Viking, 834 après J.C.

Lit Viking, 834 après J.C.

Dans la mythologie scandinave, Yggdrasil, l’Arbre du Monde, était un frêne. Il vivait au centre d’Asgard, le royaume divin où se trouvait Valhalla. Odin façonna les premiers hommes à partir de branches de frêne. Les Vikings ont un lien profond avec cet arbre. La légende raconte que lorsque le frêne mourra, cela déclenchera la fin du monde.

Espérons que les Vikings se sont trompés, puisque ces beaux arbres sont aujourd’hui menacés par la terrible chalarose, ou maladie du flétrissement du frêne. Les experts forestiers font tout leur possible pour combattre les mycètes (champignons) Chalara fraxinea et il y a encore une lueur d’espoir. Certaines souches européennes de frêne ont été déclarées résistantes, et peut-être qu’à partir d’elles une solution peut être trouvée, avant qu’il ne soit trop tard. De fins esprits se penchent sur le problème. Entre temps il y a une interdiction d’importation de jeunes arbres. Il est indéniable que la chalarose aura un fort impact sur les 80 millions de frênes répandus sur les paysages de la Grande-Bretagne, au moins aussi dévastateur que la maladie hollandaise de l’orme dans les années 1970. Sur une note positive, tout n’est pas complètement perdu. De jeunes arbres de souches résistantes sont d’ores et déjà testés sur les Iles Britanniques, avec pour but de combler les vides dans le paysage au fur et à mesure que d’autres arbres meurent.

Et en France ? La Chalarose ne se limite pas à la Grande-Bretagne. Elle est apparue en Europe au début des années 1990 et s’est depuis étendue dans de nombreux pays, dont la France, ou les dépérissements sont surveillés par le Département Santé des forêts du ministère de l’Agriculture.

Normalement, ces arbres atteignent environ 4 mètres de diamètre, et poussent jusqu’à environ 30 mètres de haut. Le plus grand frêne jamais mesuré faisait 45 mètres. Laissé libre, un frêne vivra entre 200 et 250 ans, tandis que le taillage augmentera son espérance de vie jusqu’à 700 ans. Le plus gros frêne de Grande-Bretagne est le Frêne Clapton. Son diamètre est de 9 mètres, ce qui est très rare pour un frêne. Pour des raisons inconnues, cet arbre a développé une base particulièrement bulbeuse !

Frêne Clapton (dans un jardin privé près de Crewkerne)

Frêne Clapton (dans un jardin privé près de Crewkerne)

Selon le calendrier celtes des arbres, la lune du frêne débute le 18 février et se termine le 17 mars. Le frêne est associé au voyage spirituel intérieur et aux rêves prophétiques. C’est donc l’époque idéale pour vous adonner à ces activités. Pendant que nous y sommes, prédisons le retour triomphant des frênes dans le futur, même si nous les pleurons aujourd’hui.

Pour en savoir plus :

Sur les frênes : Les Arbres

Sur Yggdrasil, l’Arbre du Monde

Sur la chalarose, maladie du flétrissement du frêne

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer