Des châteaux étonnants du 16ème et du 19ème siècles ont été bâtis dans ce que l’on nomma par la suite : le style Scots Baronial.

 

Cette architecture à la fois fantastique, décorative et parfois très surprenante a subi l’influence de la période Renaissance française et a été fortement inspirée des châteaux européens style conte de fées comme Walt Disney a pu l’être.

Le Scots baronial a débuté vers 1560. Il est issu du style des châteaux médiévaux et des tours déjà existants à l’époque auquel s’ajoute l’influence des maçons français qui sont venus travailler pour les palais royaux .

Pendant cette période, les royaumes écossais et français étaient très proches, l’Ecosse appréciait beaucoup le pacte de l’Auld Alliance, une stratégie de défense contre les anglais qui envahissaient régulièrement l’un des deux pays, voire même les deux à la fois.

C’est à cette époque que Mary, la future reine d’Ecosse, se marie au futur roi de France, François II. Si la mort de François n’était pas survenue, plongeant Marie dans une position vulnérable, le futur de l’Ecosse aurait pu être différent.

Quelques exemples de châteaux du 16ème siècle

Le château Fyvie

Le château de Fyvie

(Pour les férus d’architecture, nous vous mettons en vert les noms en anglais).

Le château de Fyvie dans l’Aberdeenshire est un bel exemple de l’architecture Scots Baronial du 16ème siècle .

Construit au 13ème siècle en tant que tour royale défensive, les 5 familles qui ont  possédé ce château y ont ajouté une tour supplémentaire.

On peut y retrouver les principales caractéristiques du style Scots Baronial : la ligne du toit irrégulière, les nombreuses échauguettes –bartizans –  qui sont les petites tourelles en saillie juste au dessus de la plupart des coins des murs, les crénelures -encoches uniformes en haut des murs –crenulations- le long des sommets des murs, mais peu de fenêtres en ogive –lancet windows-. En effet, les fenêtres se sont agrandies lorsque la fonction défensive du château a cédé la place à l’ère de la renaissance qui était plus décoratif.

Charles Ier, roi d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande,  y a passé quelques années de son enfance.

Avant la construction du château, Robert the Bruce rendait justice sur cette place en plein air.

On dit que le château est hanté par au moins 2 fantômes et qu’ il s’y trouverait une tâche de sang indélébile….

Alexander Seton a épousé Lillias Drummond en 1592 qui pourrait être le fantôme connu sous le nom de Lady in Green (la Dame en vert).

Il faut dire que Laird Thomas the Rhymer au 13ème siècle avait prédit qu’il n’y aurait aucun héritier mâle dans les murs du château, ce qui s’avéra vrai pendant 600 ans…)

Fyvie Castle avait longtemps été maudit par Thomas le Rimeur, un 13ème Laird et voyant siècle écossais excentrique, qui a dit le propriétaire qu’aucun héritiers mâles seraient jamais être nés dans les murs du château. (Cette avéré être vrai pour 6 siècles).

Pendant les  neuf ans de mariage, Lillias donna naissance à quatre filles. Son mari l’en tint pour responsable et trouva une autre femme. On ne sait pas comment Lillias est vraiment morte… peut être d’un chagrin d’amour ou d’un meurtre… Elle est décédée en 1601, à l’âge de 29 ans.

La nuit de noce du nouveau couple a été soudainement dérangée par les soupirs d’une femme. Le lendemain matin, gravé dans la pierre du rebord de la fenêtre à l’extérieur de la chambre, on pouvait lire le nom de Lillias Drummond à l’envers.

Personne ne sait comment cela a pu se produire,  la fenêtre de la chambre est à plus de 15 mètres du sol et le nom gravé peut encore être vu à ce jour.

En 1920, le squelette d’une femme a été trouvé dans les murs d’une chambre lors de fouilles au château.

Est-ce le corps de Lillias Drummond ?des événements inquiétants ont  commencé à se produire quand il a été déplacé pour  être enterré décemment et on s’est empressé de le remettre  à sa place !

Le château de Fyvie est maintenant détenu par  la National Trust for Scotland et est ouvert aux visiteurs tout au long de l’été. Pour plus d’informations, voir le Site National Trust for Scotland .

Le château de Craigievar

(Pour les férus d’architecture, nous vous mettons en vert les noms en anglais).

C’est vraiment un château de conte de fées et un bel exemple de l’architecture Scots Baronial du 16ème siècle.

De jolie échauguettes –bartizans –    petites tourelles en saillie soutenues par des corbeaux sculptés, couvert d’un revêtement en harling rose et agrémenté de nombreuses gargouilles –gargoyles-.

Le Harling est un processus de plâtrage qui recouvre la pierre nue à l’aide d’une sorte de bouillie de petits cailloux. Il est ensuite recouvert de chaux colorée. Le harling est parfaitement adapté à la météo écossaise par son imperméabilité et sa longue tenue.

La famille Mortimer possédait le domaine depuis 1376, mais ce n’est qu’en 1575 que Sir Joh, Mortimer débuta la transformation de la maison pour devenir ce bâtiment impressionnant que l’on connait. Sir John progressa socialement et voulu avoir une maison qui reflétait son statut de baron.

La véritable histoire de Craigievar commença en 1610, lorsque William Forbes of Menie, alors tout jeune fit fortune en important du bois des régions baltiques et  acheta le domaine.

Afin de montrer sa richesse et son statut, le surnommé Danzig Willie fit détruire les étages pour les faire reconstruire plus larges que le rez-de-chaussée.

Bien que les travaux du château débutèrent à la fin du 16ème siècle, il fut achevé vers 1626.

Le château, situé dans l’Aberdeenshire est donc composé de  sept étages  et fut le siège du clan Sempill.

La famille Forbes, issue de la lignée Sempill  y a résidé pendant 350 ans.

Comme dans de nombreux châteaux d’écosse, Craigievar a aussi son fantôme :

C’est à l’époque de  Red Sir John qui est le petit fils de Danzig Willie. Son surnom provient de ses cheveux roux (red hair, cheveux rouge) et de son caractère violent.

La fille de Sir John tomba amoureuse d’un membre de la famille Gordon, vieille ennemie du clan Forbes.   Le jeune homme vint déclarer sa flamme en montant à la chambre bleue du 4ème étage ou il rencontra Red Sir John…Le père enragé mis son épée le long de la gorge du jeune homme et le força à passer par la fenêtre. La chute fut mortelle…Depuis ce temps, on peut entendre des pas qui traversent la chambre bleue pour aller vers la fenêtre en passant derrière le lit.

Le château tomba en ruine  durant le dix-neuvième siècle, et son propriétaire voulut le démolir. John Smith, célèbre architecte de l’époque réussit à le dissuader en mettant en avant ce qui aurait été  un drame architectural. Alors il a pris sur lui d’organiser les réparations, de réparer le toit, de remplacer les fenêtres et le Harling.

Craigievar est une maison à la tour emblématique, l’un des châteaux les mieux conservés et le plus aimés d’Ecosse.

Il y existe une atmosphère familiale particulière qui touche les visiteurs .

Après deux ans de fermeture pour d’importants travaux de conservation, le château Craigivar  est rouvert au public depuis le  printemps 2010.

Craigeivar possède en plus les plus beaux plafonds en plâtre d’Ecosse. Pour plus d’informations sur ces heures d’ouverture , voir le Site National Trust for Scotland .

Quelques exemples de châteaux du 19ème siècle

Le château Balmoral

Le château Balmoral

Terminé en 1856, le château de Balmoral est un bel exemple de la renaissance du style Scots Baronail au 19ème siècle (basé sur une architecture  du 16ème siècle).

Vous pouvez y apercevoir les crénelures (encoches uniformes en haut des murs –crenulations-, les fenêtres en ogive –lancet windows- à la fois étroites et cintrées ainsi que les échauguettes –bartizans –  qui sont les petites tourelles en saillie soutenues par encorbellement.

(Pour les férus d’architecture, nous vous mettons en vert les noms en anglais).

Nous pouvons également parlé du fief du Clan Sutherland avec ses tours rondes et ses clochers -spires- gothiques. Le château de Dunrobin est un autre exemple de la renaissance du style scots baronian du 19ème siècle. 
Venons-en au château de cendrillon à Disneyland -Floride- qui est de style gothique par ses clochers, ses tours rondes, ses petites fenêtres en ogive ainsi que ses échauguettes et a été inspiré par le château de Pierrefonds.

 

Pour la petite histoire, pour Disneyland à Marne la Vallée, sachant que les français et autres européens avaient l’habitude de voir des châteaux,et qu’il voulait vraiment surprendre par la féerie du lieu, il demanda à Tony Baxter d’inventer un autre modèle magique qu’on appelle le château de la belle au bois dormant….  

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer