Les explications du maître bâtisseur :

« Que l’on soit un homme de la préhistoire ou pas, il faut bien se trouver un home correct pour s’abriter du froid et des querelleurs de tout poil. De la belle pierre sèche à tailler et me voilà à imaginer une haute construction ronde en pierre que je protège par une enceinte épaisse puis par une autre enceinte pour fortifier ce lieu de vie.

Mes ancêtres du mégalithique m’ont transmis l’amour de la pierre et je traverse l’Alba depuis l’ouest jusqu’au nord pour apporter aux communautés un abri solide et protecteur. Quel sol favorable à la construction je dois choisir, quel emplacement face aux éléments naturels je dois prendre en compte, quel matériau disponible sur place je dois intégrer à mon projet, ce sont eux qui m’ont tout appris. Je sais qu’il est vital de trouver un point d’eau proche de la construction, il est même ingénieux de creuser un puits à l’intérieur ou mieux encore d’avoir une source naturelle au centre. Il faut bâtir près d’un bord de mer sur une dun ou colline pour assurer la nourriture, il faut de bonnes terres arables pour la subsistance des hommes et des bêtes.

La construction par sûreté ne doit posséder qu’une seule porte assez large pour permettre au bétail de rentrer afin de s’abriter du froid et des prédateurs. Cette porte surmontée d’un linteau, je la vois davantage à l’est, elle va donner sur un long couloir aussi large que les murs d’enceinte. Il me faut une grande quantité de pierres sèches car j’envisage plusieurs galeries superposées accessibles par des escaliers, donc je dois penser à installer des murs avec double parois pour supporter ces galeries. Les galeries trop petites vont servir pour entreposer les réserves, car aucun être humain ne peut y passer.

Pour l’intérieur, je prévois une grande pièce avec un foyer rectangulaire, ensuite il me faut disposer dans cet espace des chambrettes, je vais monter des parois en pierres plus fines. J’utilise du bois de hêtre pour les paliers supérieurs, plus légers à installer. Une chambre inférieure avec un escalier en pierre va mener à la source ou au puits selon ce qui se trouve sur l’emplacement de la future structure. Je dois m’assurer de la solidité des escaliers, car le risque d’effondrement n’est pas à exclure, mais ici je peux me contenter d’un escalier en bois.

Là où je me trouve, il y a peu d’habitants, je prévois une hauteur de broch d’environ 5 mètres. Pour le toit il me faut du bois et du chaume. Maintenant il me faut trouver les matériaux et les hommes pour commencer la construction de ce petit broch. Je peux compter 2 même 3 années pour le bâti et sûrement plus de 2000 tonnes de pierre. Il est temps de se mettre à l’ouvrage ».

L’âge de fer vit le commencement de ces habitats. Ils seront occupés par les pictes, puis par les vikings et enfin les locaux. Au 3ème siècle de notre ère, la construction s’arrête. Malheureusement beaucoup de ces brochs à l’abandon ont été utilisées comme carrières afin d’ériger d’autres demeures notamment des cottages. Sans entretien, la pierre sèche sans mortier s’use et finit par s’ébouler, c’est là que l’agence écossaise des monuments historiques Historic Scotland intervient pour la sauvegarde de ce patrimoine remarquable.

Broch de Gurness

Le broch de Gurness dans les îles Orcades, ainsi que les brochs Dun Telve et Dun Troddan proches de Glenelg tout comme le broch de Mousa dans les îles Shetland qui lui mesure plus de 13 mètres de haut sont de taille impressionnante et très bien conservés. Ils attendent votre visite, une visite dans l’histoire du logement sous la maîtrise de « grands architectes » qui étaient paysans, ouvriers constructeurs ou maçons.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer