Au début du Moyen-Age (autrefois appelé l’Age des Ténèbres), durant la période qui survint entre le départ des Romains vers 410 après J.-C. et le retour de la civilisation, l’Angleterre s’enlisa dans une sombre époque d’illettrisme et de barbarie, qui devait durer plus de deux siècles. A l’opposé, ses voisins celtes d’Ecosse étaient quant à eux en plein essor de l’alphabétisation, et d’une culture qui dans le futur viendrait à s’étendre, se propageant vers le sud, et donnerait naissance à une toute nouvelle Angleterre.

Durant cette époque, dans un total renversement des rôles, les Pictes commencèrent à utiliser le Mur d’Hadrien pour se protéger des invasions barbares venues du Sud. Ces envahisseurs comprenaient les Saxons, les Angles et les Jutes, qui durant le 5ème siècle naviguèrent depuis le nord des territoires germaniques, vainquirent les Britanniques indigènes et s’installèrent sur leurs terres. Les Britanniques, romanisés, civilisés et peu formés aux arts de la guerre, avaient été abandonnés par Rome. Ils envoyèrent des missives demandant de l’aide à l’Empereur, qui furent ignorées. Rome avait ses propres ennuis à l’époque. En 455 après J.-C. les Vandales – qui venaient de Suède – étaient à ses portes.

L'Europe centrale au 5ème siècle, après le repli des Romains, par Varoon Arya
Angleterre vers 700 après JC

Le mot écossais pour Anglais : Sassenach, est en fait un dérivé du mot gaélique signifiant Saxon. Les Saxons et autres peuples germains de l’époque étaient tribaux, sanguinaires et païens. L’illettrisme était la norme dans les familles régnantes, si bien qu’aucun écrit ou registre n’étaient conservés – d’où le nom ‘d’Age des Ténèbres’. Certains historiens maintiennent que les Saxons étaient à l’origine des colonisateurs pacifiques, mais que cela changea quand ils furent de plus en plus nombreux à traverser la Mer du Nord. La langue originale des Britanniques disparut durant cette période, certains historiens pensent qu’il est possible qu’un génocide à grande échelle ait eut lieu. Bien qu’elles soient apparentées, les tribus germaniques se battaient fréquemment entre elles. C’était une époque de petits royaumes, une transition radicale depuis la civilisation avancée et unie sur laquelle se basait une colonie romaine.

La langue des Britanniques ressemblait à la langue galloise, et de nombreux Gallois sont des descendants d’anciens Britanniques. Les Britanniques survivants s’enfuirent ou furent repoussés hors de leurs terres. Beaucoup d’entre eux se réfugièrent en Pays de Galles, sur la pointe de Cornouailles, et en Bretagne en France. Certains émigrèrent même jusqu’à la côte nord de l’Espagne. Il est assumé que ceux qui restèrent adoptèrent le mode de vie germanique au fil des générations.

Alors que les envahisseurs germains conquéraient l’est de l’Angleterre, l’ouest subissait d’autres dangers. L’Irlande était un pays qui n’avait jamais été conquis par les Romains. Les Celtes irlandais étaient considérés comme un groupe d’illettrés, sans dieux ni lois, qui vivaient comme des ‘animaux’ selon les chroniques romaines. Les Romains, pensant qu’il n’y avait pas de gloire à conquérir l’Irlande, ne s’en donnèrent jamais la peine.

Les chrétiens celtes : St Patrick

Cependant, contrairement aux animaux, les Irlandais avaient des connaissances maritimes, et certains d’entre eux prirent la mer pour devenir pirates. Des bandes de pirates irlandais avaient pour habitude de capturer des Britanniques, pour d’en faire des esclaves une fois de retour au pays. C’est ainsi qu’à la fin du 5ème siècle, un jeune garçon nommé Patrick, fils d’un diacre chrétien nommé Calpurnius, vivait sur la côte de Strathclyde (voir carte ci-dessus). Un jour il fut capturé et embarqué sur un vaisseau à destination de l’Irlande. Il ne devait pas être fait du même bois que tout le monde, car il écrivit plus tard que ses six années de servitude l’avaient sorti de l’ignorance et ramené sur le chemin de Dieu. Ce jeune garçon devint connu sous le nom de St Patrick, le premier chrétien celte.

St Patrick, Vitrail, photo par Sicarr

Après qu’il ait réussi à s’échapper pour retourner dans son pays, il étudia le Christianisme avec ardeur. Puis, il eut une vision qui le poussa à retourner chez les Celtes irlandais impies, afin de leur enseigner la pensée chrétienne. St Patrick était un fervent défenseur de l’éducation des masses. Un homme en avance sur son temps, sa mission était d’éduquer et de civiliser le peuple d’Irlande. Son succès est légendaire.

Le Christianisme a été introduit en Angleterre par les Romains, et bien que les Anglo-saxons aient fait leur possible pour l’étouffer, son échappée vers l’Irlande fut son salut, et avec le Christianisme vint la littérature de l’ancienne civilisation romaine. Les moines chrétiens qui suivirent Patrick recopièrent des textes latins et grecs, ainsi que des tracts chrétiens. C’est de ce noyau de Christianisme lettré que naquirent les graines d’une nouvelle civilisation. Sans alphabétisme, la conquête Anglo-saxonne de l’Angleterre avait ses limites.

Aujourd’hui, nous avons tendance à avoir une image vieux jeu des institutions religieuses, mais en regardant en arrière, de nouvelles technologies étaient développées dans les monastères qui apparaissaient partout en Irlande. C’étaient des centres d’apprentissage et de culture, où des techniques pour écrire sur du parchemin, des méthodes d’agriculture innovantes, et de nouvelles façons de travailler la pierre furent inventées à un rythme rapide, et non seulement une nouvelle religion. Qu’est-ce que tout ça a à voir avec l’Ecosse ? vous demandez-vous. Nous y venons.

L’énorme succès des monastères irlandais attira l’attention des chrétiens d’Europe continentale. Un grand nombre d’entre eux voyagèrent jusqu’en Irlande à la recherche d’un enseignement, et ramenèrent leur savoir avec eux en Europe. Mais le véritable centre du Christianisme celte n’était pas destiné à s’installer en Irlande.

… Lire la suite ici.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer