Aux confins du Berry et de la Sologne se trouve la commune d’Aubigny-sur-Nère, un joli village du Cher aux belles maisons à colombage et aux cabines téléphoniques rouges. Face à son château construit par la dynastie des Stuart, ou deux échauguettes semblent encore en protéger l’entrée des chevaliers durant la guerre de Cent ans, se trouve fiché entre des pierres d’Écosse et de France un glaive dont le pommeau représente le chardon et le lys. Celui-ci réalisé en 1995 par un artiste de la région, commémore les 700 ans de la signature du traité de l’Auld Alliance entre les deux royaumes.

 

Quelques repères historiques

Aubigny devient terre écossaise en 1423. C’est le futur connétable de France John Stuart, comte de Buchan qui la reçoit du roi Charles VII en reconnaissance de son soutien précieux à bouter l’anglais hors de France. C’est à cette époque qu’elle prend également les armoiries des Stuart, qu’elle garde jusqu’en 1672. Pendant les campagnes de guerre en Italie, son fils Robert Stuart se laisse séduire par le style architectural de la Renaissance. Il va s’en inspirer pour la construction de la future demeure des Stuart, le château d’Aubigny en 1518.

Quelques années auparavant, Aubigny connaît un évènement tragique. Un incendie ravage la cité, tout est à refaire, les habitants n’ont plus rien. C’est alors qu’un seigneur écossais, Béraud Stuart offre pas moins de 3 forêts pour bâtir des logis. Aujourd’hui ces maisons à colombage font la beauté d’Aubigny et le bonheur des touristes. Sur les cendres de l’ancienne ville, s’est développé un commerce florissant pour les tanneurs, les cardeurs, les tisserands, les verriers et les drapiers. La faillite d’un banquier va mettre un terme à cette prospérité, même la manufacture royale de Colbert qui fournit les tenues militaires ne s’en remet pas.

 

La dynastie des « Stuart Aubigny » ne laisse pas d’héritier et c’est le roi Louis XIV qui se retrouve détenteur du castel et des dépendances. Le roi Soleil prudent veut s’assurer les bons offices du roi d’Angleterre Charles II et le roi d’Angleterre fait remarquer à Louis XIV qu’Aubigny a appartenu à ses ancêtres Stuart. Un arrangement particulier qui se nomme Louise de Keroual, duchesse de Portsmouth favorite du roi anglais par l’entremise du roi de France devient la nouvelle propriétaire d’Aubigny et de ses superbes Grands Jardins façon Le Nôtre. Cette dame d’origine bretonne est aussi l’agent secret de sa majesté à la fleur de lys. Elle devient duchesse d’Aubigny en 1684 et par ses actions charitables, elle est connue sous le nom de « la bonne Dame d’Aubigny ».

Au fil du temps, c’est la commune d’Aubigny qui va devenir propriétaire du château en 1812. L’Hôtel de ville occupe de nos jours ce superbe édifice.

 

Le pays des Écossais

Le drapeau bleu et blanc écossais flotte sur la Place de la Résistance, là où se trouve le mémorial de l’Auld Alliance. Depuis 1990, les Écossais viennent chaque année s’installer plusieurs jours à Aubigny au moment du 14 juillet pour fêter l’Auld Alliance avec la population de la belle cité fleurie. C’est l’Écosse et sa musique qui déboulent dans les rues où flottent des drapeaux médiévaux, où les hommes en kilt et les cornemuses assurent les Tattoo (défilés de musique militaire). Aubigny remonte le temps avec son splendide marché du Moyen-Age, dans des costumes d’époque cousus avec soin. Des jeux médiévaux sont proposés pour tous les âges, des cracheurs de feu, des voltiges, des combats animent les journées. Chacun est invité à faire bonne ripaille dans chaque coin de rue, des campements médiévaux attendent les touristes, toujours plus nombreux d’année en année.

En 2017 au pied du château des Stuart, l’édile d’Aubigny-sur-Nère au cours d’une cérémonie officielle a remis les clés de la ville au nouveau président de l’East Lothian où se trouve la ville d’Haddington, jumelle d’Aubigny, afin de souligner l’attachement qui existe entre les 2 pays. C’est avec émotion qu’une foule de gens a salué la levée des couleurs. Dans les Grands Jardins c’est un concert rock celtique qui a conquis le public en soirée.

Voici un programme des festivités 2018 qui furent mémorables : https://fr.calameo.com/read/0054972133f47ea80d81f. Le programme 2019 se prépare en cachette, mais une chose est certaine, les Écossais seront là !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer