Edward Lhuyd dans les années 1700 prit l’initiative de faire deux groupes distincts : Dans le groupe Q celtique se trouvent  les langues gaéliques (goïdéliques) telles que l’irlandais, le  mannois parlé sur l’île de Man et le gaélique écossais  anciennement appelé erse parlé dans les Highlands et les Hébrides ainsi que quelques personnes au Canada.
Tandis que le groupe P celtique est composé des langues brittoniques qui ont évolué dans le gallois parlé au pays de Galles, en Angleterre et en Argentine, ainsi que le breton parlé par plus de 170 000 personnes en Bretagne sans oublié le cornique parlée en Cornouailles au Royaume-Uni.

From The Atlantic Celts – Ancient People or Modern myth – Simon James

 

Le fait que Monsieur Lhuyd prenne le terme celtique pour décrire un langage met la confusion dans les esprits avec le peuple remontant à l’âge de fer.   En effet, le mot celtique peut signifier un langage, une mythologie, une civilisation… C’est le nom donné à une culture préhistorique essentiellement localisée dans la région de la Marne et la Moselle qui s’est répandue sur une grande partie de l’Europe. On peut même retrouver un groupe au cœur de la Turquie.

On ne peut  pas parler de nation, c’étaient des tribus avec un langage et une religion commun. Le mot celte provient du mot Keltoi utilisé par les grecques environ 500 ans avant jésus-christ. Le terme gaélique est né lors de l’arrivée des Romains dans la Gaule, les celtes étaient alors déjà éparpillés jusqu’en Asie mineure. Comme Keltoi se réfère à une période antérieure, le mot celte comprend plus le début d’une culture qui s’est divisée en plusieurs groupes qui partagent plusieurs traits d’une même culture. Gaélique est le mot que le peuple irlandais utilisait pour parler d’eux mêmes vers le 4ème siècle.

Comme l’Écosse de l’ouest est envahie par les Irlandais, le royaume de Dal Riada est mis en place. La culture gaélique existait dans ce deux régions jusqu’au temps des Normands.   Importé en Ecosse à  partir du Ve siècle par les Scots, le gaélique a été la langue de presque toute l’Écosse au Xe siècle, avant de reculer régulièrement devant l’avancée de la langue scots et de l’anglais. Considéré comme faisant partie du patrimoine culturel national, le gaélique est enseigné (facultativement ou obligatoirement) dans les écoles des régions où il est encore parlé : Highlands du nord et de l’ouest, Hébrides.

On estime à  80 000 le nombre des Écossais parlant ou comprenant le gaélique, mais le gaélisme exclusif a pratiquement dis paru.   . Il y a encore de nos jours, en Patagonie, une petite communauté qui parle le gaélique écossais, en raison de l’émigration de l’époque.Si vous souhaitiez vous entrainer au gaélique écossais, voici de quoi vous faire plaisir !

Pour résumer, le gaélique est un langage tandis que les celtes était un groupe de personnes qui vivaient dans l’Europe occidentale avec une culture spécifique et utilisait des langages celtiques. Le gaélique est un sous-ensemble des langages celtiques appartenant au groupe des goïdéliques.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer