Le voyage de Bobby

Episode 8

Je me lève, ce dimanche 21 avril dans le flou le plus total…

Mon père d’abord, m’a écrit et parlé sérieusement. C’est si rare. La communication, aussi loin que je m’en souvienne, était présente mais pas par le biais des mots. Et elle n’était que rarement sérieuse.

Puis il y a Haru qui est partie, si vite…

Je vais bientôt partir pour Dumfries mais comme à Glasgow, je ne vais pas perdre mon temps à attendre, mais plutôt prendre ce temps pour vivre.
Je pourrai aller au plus vite à Dumfries et frapper à toutes les portes. Je pourrai, mais quelque chose me dit que cela ne servirait à rien.
Je dois faire confiance, pour le moment, à une personne qui m’est totalement inconnue.

Existe t-elle seulement ?

Je rassemble toutes ces pensées sur la  Arthur’s Seat, la colline de 251 mètres dont Haru m’a parlé au restaurant.

Ce lieu, en plus d’un panorama à couper le souffle, me donne une inspiration soudaine sur ma prochaine destination, avant Dumfries.

Quelque chose vibre à Edimbourg et je vibre à l’unisson avec un ensemble qui me dépasse.

 

 

 

 

Je vais visiter la ville pendant quelques jours, voire quelques semaines!

Je décide d’aller voir en premier le musée national d’Ecosse et flâner dans les différentes rues et ruelles de la capitale.

Les jours passent.
Edimbourg me fait du bien et je m’y épanouis.

J’y déjeune, goûte, dîne, grignotte, savoure, picore, dévore, boit, déguste, sirote, bouffe, soupe.
J’observe, j’admire, je marche, je révasse, je dissèque le paysage comme une toile de maître.

La ville est une richesse dans son architecture et dans les assiettes.  J’ai beaucoup mangé et beaucoup visité (annexe 8b).

Malgré tout, je sens au fil des jours une certaine déprime, fourbe, arriver.
Puis le matin du 12 mai, je me suis réveillé, j’étais tombé malade.

Je décidais d’aller consulter un médecin francophone : dans la salle d’attente se produisit un phénomène étrange.
Je regardais les autres patients et je me suis senti dans la même tribu, comme si j’avais été adopté par la ville et par les habitants : nous étions les mêmes.

Le docteur m’appela et, comme s’il avait ressenti mon besoin, nous avons longuement parlé.
Il a envoyé une lettre (annexe 8c) à un collégue psychologue francophone, lui aussi basé à Dumfries, afin que je le consulte juste une fois.

« Cela pourrait vous faire du bien » a t-il ajouté.

La capitale de l’Ecosse est en tout point merveilleuse et accueillante : elle a du caractère, du charme et l’intérieur de la ville reflète l’âme des écossais(es).

De la simplicité mais du goût!

Cette phrase pourrait même être un slogan pour cette cité et ce pays !

Sont passés des jours et des jours, puis des semaines…
Nous sommes le lundi 20 mai 2019 et je rentre d’une journée bien remplie.

Sur mon lit m’attend la lettre tant désirée.

« Cher Bobby, vous devez me haïr concernant toute cette attente mais je n’ai pu faire autrement.
J’espère que vous emporterez avec vous, l’essence d’Edimbourg et qu’elle ne vous quittera jamais.

Concernant vos parents, ils sont au The Huntingdom B&B situé au 32, Lovers Walk Dumfries, Dumfries DG1 1LX. Bon voyage et bonne chance ! Le zeste tétu ».

Et ce zeste tétu… Toujours là…
Il y a quelque chose qui cloche dans cette expression, mais je n’arrive pas à savoir quoi et pour l’instant le temps me manque.

Une fois la lettre lue, je décide d’écrire une carte postale à tata Suzette (annexe 8d).

Puis, je décide de me rendre dans une autre ville que Dumfries et louer une voiture car je souhaite être plus libre de mes mouvements.

J’ai la terrible sensation d’ailleurs d’être un pantin et d’être là où l’on souhaite que je sois. Un bon toutou.

L’enquête elle-même piétine. Moi qui suis si fan de Hercule Poirot et ses cellules grises, me voici à mener une enquête sans le moindre élément d’analyse.
Ou je passe à côté des indices ou bien il n’y a aucun indice donc pas d’enquête. Je me sens démotivé, nul, dépassé…

Je décide d’aller me coucher car les prochains jours risquent d’être sportifs et remplis d’émotions !

Papa, maman, demain, ce jour futur, je viendrai vous trouver, vous secourir et vos ennuis s’évaporeront. Comptez sur moi !

C’est avec cette promesse en tête que je pars sur les routes sinueuses de l’aventure …

Annexes a, b, c et d

Veuillez trouver ci-dessous les différentes annexes de l’épisode 9 de Bobby

Annexe 8a – Musée national d’Ecosse

L’entrée du musée et gratuite. Le musée national d’Ecosse a été crée en 2006 et réunit deux musées anciennement distincts :

  • Le musée de l’Ecosse : crée en 1998, il est dédié aux antiquités, à l’histoire, au peuple et la culture de l’Ecosse.
  • Le musée royal : construit de 1861 à 1888, il est dédié à la science, la géologie, l’archéologie, la technologie, aux cultures du monde, l’art et à l’histoire naturelle. Il est ouvert depuis 1866.

Le musée a été rénové en 2011.

20 000 objets sont exposés sur cinq thèmes différents.
Le musée contient 36 galeries.
En 2016, c’était le lieu gratuit le plus visité d’Ecosse et toutes catégories confondues devant même le prestigieux château d’Edimbourg !

Il est considéré comme un musée prestigieux, ludique et familial. On y trouve des expériences sensorielles et interactives. On peut toucher certains objets et il y a des reconstitutions historiques.
Le musée est adapté à toutes les générations.

Parmi les « objets » les plus remarquables, vous trouverez :

  • la brebis Dolly (premier mammifère cloné à partir d’une cellule adulte, elle fut clonée prés de ce musée, dans la ville d’Edimbourg).
  • Un pendentif d’un poisson doré de 4000 ans !
  • Un cercueil d’une reine d’Egypte
  • Des poèmes,
  • Des statues,
  • Un T-Rex grandeur nature !
  • Un canoé de guerre Maori (1820)

Et plein d’autres surprises!
Si vous y allez, vous y retournerez !

Annexe 8b – Lieux culturels et restaurants que Bobby a visité

1. Lieux culturels et touristiques épluchés par Bobby :

  • Old Town : vieille ville, surplombée par le château. Rues remplies de restaurants, de pubs, de boutiques et de petit musées. Bobby adore !
  • Carlton Hill : Situé sur une colline, le quartier abrite des musées, des spéctacles au Edinburgh Playhouse. Bobby a beaucoup apprecié le dynamisme de cette partie de la ville.
  • Cathédrale Saint Gilles: Construite au 12ème siècle, l’origine de la révolution anglaise eu lieu dans cet édifice lors d’une émeute contre le culte anglican le 23 juillet 1637 . Bobby est venu, Bobby a vu et s’est senti tout petit face à cet édifice et à l’histoire !
  • Mary King’s close : Maison hantée, Bobby partit en courant !
  • Britannia : Ancien bateau royal transformé en musée. Populaire, à visiter absolument !
  • Scotch Whisky Heritage Centre avec une dégustation et la boutique ! Bobby y est allé le samedi 11 mai et a beaucoup dégusté pour mieux comprendre la passion des écossais pour le Whisky. Il a aimé. Trop. Le lendemain il partit consulter un médecin. Vous comprenez maintenant.
  • Jardin Botanique royal d’Edimbourg
  • Zoo d’Edimbourg : Le seul du Royaume Uni à abriter des ours polaires et des koalas. Il est le 2ème lieu payant le plus visité après le château. Le zoo a accueilli des animaux célèbres tels que Wojtek un ours, adopté par l’armée polonaise qui finit par boire, fumer et porter les munitions sur les champs de bataille. Il finit sa vie au zoo. Il y a eu aussi Si Nils Olav, manchot fait chevalier par le roi de Norvège harald V en 2008 et possède le grade de colonel dans l’armée norvégienne. Il y a 1075 animaux répartis en 171 espèces.
  • Camera Obscura & World of Illusions : Attraction majeure de la capitale sur le thème des illusions d’optiques !

Et encore pleins d’autres lieux à découvrir !

2. Lieu où Bobby a mangé !

  • Aizle : Bobby y est revenu et s’est surpris à apprécier davantage les plats. Plus concentré ? Ah ben oui car de là, on voit la colline Arthur’s Seat. Quelle chipie cette Haru ! Elle lui en a parlé alors que la colline se trouvait devant lui. Menu unique dévoilé à la fin du repas.
  • One-20 Wine Cafe : Qualité des plats et de l’accueil. Grand profesionalisme pour ce restaurant gastronomique. Prix modérés !
  • The table : Servi au comptoir, avec des interactions avec les chefs, ce lieu regorge de sensibilité, de saveurs et de souvenirs inoubliables. A ne pas louper !
  • Forage and Chatter : Menu complet dés 22 euros, grande qualité dans les assiettes !
  • The Green Mantle Pub : Bobby y a très bien mangé, bu et a participé au quiz musical !
  • Aurora : Pour environ 23 euros le menu complet comparable à un restaurant gastronomique, foncez-y !
  • Locanda de Gusti : Le restaurant Italien à ne pas louper : chaleureux !
  • Chiruzu Tei : Le meilleur restaurant asiatique d’Edimbourg.
  • Quick and Plenty Cafe : Succulent petit-déjuner toute la journée, ambiance excellente ! Ne partez pas de la ville sans être venu ici !

Annexe 8c – Lettre du docteur Gray à son confrère Coral Harrison de Dumfries

Cher confrère,

Suite à une visite anodine de Mr Bobby Lète concernant un mal de tête dû à l’ingestion excessive de notre boisson nationale, le Whisky. J’ai cru déceler en ce jeune homme un mal être profond dû à un traumatisme ancien.

Ce domaine n’étant pas ma spécialité, je n’ai pas pris le risque d’aborder ce sujet avec l’intéressé. Je vous demande donc de recevoir ce patient et de faire sortir ce fantôme du passé, qui selon moi, affecte de manière importante ce jeune homme aujourd’hui, dans sa volonté flagrante de s’épanouir et de s’ourir aux autres.

Bien à vous, cher confrère.

Docteur Gray.

Annexe 8d – Carte postale envoyée à tata Suzette le 20 mai 2019

Chère tata,

Je pars donc pour Dumfries.

J’ai été , il y a quelques jours, voir le docteur Gray pour un mal de tête et une fatigue passagère. Il me semble qu’après une longue discussion, il a été surpris par quelques détails dont il ne m’a parlé qu’à demi-mots.
Je sens moi-même que je bloque quelques mauvais souvenirs en moi.
Sur ces bons conseils, j’irai voir un psychologue à Dumfries.
Je n’ai rien à y perdre, bien au contraire et je me sens prêt à discuter.

Je crois même qu’en France, cette démarche m’aurait été insupportable. Se sent-on juger par des anonymes ? Ou ai-je changé depuis mon voyage ? Je ne sais pas.

Haru est partie depuis quelques semaines à Aberdeen. Et moi qui part dans le sens inverse. Je suis fier de faire ce voyage pour sauver papa et maman et en même temps je me sens vide. Sans savoir pourquoi.

Merci tata, je ne sais pas pourquoi exactement mais merci. Sûrement pour tout et pour tout ce qu’on ne peut exprimer en mots.

Ton Bobby.

PS : As tu remarqué le jeu de mot Haru Lète ? Il n’y a là aucun aveu sentimental de ma part mais quand même … sacrée poisse !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer