LES VIVANTS ET LES MORTS PEUPLENT L’ÉCOSSE

Avec une densité de 64 habitants au kilomètre carré, on peut se dire que les voisins ne sont pas très embêtants en Écosse, c’est sans compter sur les fantômes qui peuplent essentiellement les châteaux du pays. L’industrie du tourisme joue beaucoup avec les nerfs des visiteurs.

Ces fantômes sont souvent de sexe féminin, à l’instar de la dame grise. Celle-ci serait le spectre de Lady Janet Douglas, épouse du comte GLAMIS, qui fut brûlée vive par ordre du roi pour sorcellerie. En réalité le roi voulait s’accaparer le château. Or, Lady Janet était devenue veuve. Elle hanterait la chapelle du château moyenâgeux. Au passage, une autre femme célèbre a fréquenté cet édifice : la reine Élisabeth II d’Angleterre, qui y est née puisqu’elle est la quatorzième génération des Glamis. L’histoire ne dit pas si elle a vu la dame grise.
Le château de Cawdor est visité par une dame en bleue et a été le décor de Lady Macbeth de SHAKESPEARE.

Le château de CRAIGNETHAN, le plus récent, a connu l’histoire tragique d’une femme, Bonnie JEAN. Elle mourut noyée en tentant de s’échapper à cause de son histoire d’amour avec un paysan. C’est la dame en gris. Les dramaturges ne seront pas en reste.
Quant à la reine Marie d’Écosse, elle hanterait deux châteaux, rien que ça ! Celui de Borthwick et celui de l’Hermitage.

La liste est longue et glorieuse, n’en déplaise aux chasseurs de paranormal et aux conteurs.

 

Nous terminerons par the green Lady, qui fait des apparitions dans certains vieux châteaux, dans des manoirs ou des lieux isolés. Elle est souvent présente à Craiglock-hart à Edimbourg mais ausi dans le château de Fernie dans le Fifre, dans le château de Park dans le Banff et celui de Fyvie dans l’Agerdeenshire. On pense que cette apparition est Lilias Drummond, adolescente en 1592, mariée à Alexandre Seton, alors comte de Dunfermline, de 20 ans son aîné. Elle mourut le 8 mai 1601 et le 27 octobre de la même année, le veuf épousa sa nièce par alliance, Grizel Leslie. Lilias fit savoir son courroux en grattant son nom sur le rebord de la fenêtre de la chambre des jeunes mariés. Plusieurs apparitions de Lilias vêtue de vert ont lieu depuis autour du château.

Les enfants de Glasgow en référence à cette Lady avaient pour habitude de jouer à laisser un enfant en haut d’un sombre escalier dans un endroit sombre par une sombre nuit en apostrophant les uns après les autres la green lady pour l’inviter à prendre le thé : « Green Lady, Green Lady, come up for your tea »…

 

 

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer