Lorsque la brume enveloppe la vallée fertile et que le vent venu du nord vient rosir votre visage et faire frissonner tous vos membres, qu’il est agréable de rentrer dans sa chaumière, de s’installer devant un feu crépitant bien enroulé dans son tartan de laine moelleux, avec le chat qui vient se poser sur les genoux afin de profiter de la chaude couverture aux teintes blanche et marron dont le tissage ressemble aux premiers motifs que portaient nos ancêtres il y a fort longtemps et que l’on nomme encore aujourd’hui le sett de Falkirk.

 

Le tartan est typiquement celtique, le mot tartan désigne la façon dont le fil est tissé pour obtenir le motif carré final. Ce tissage très serré s’utilise comme couverture ou plaide en gaélique mais il ne protège pas du froid rigoureux, par contre il est imperméable. Il se porte également comme vêtement sur l’épaule.

 

Les archéologues ont retrouvé à Falkirk dans le comté de Stirling un morceau de textile très abîmé mais dont la qualité de tissage est remarquable. Il se trouvait dans un pot contenant des pièces romaines non loin du mur d’Antonin. Le tissage de cette époque ne comporte que très peu de carreaux, cela en raison de la laine, des plantes tinctoriales, des écorces, racines et des minéraux (cuivre, fer, alun) disponibles sur son lieu de fabrication. Les lieux de fabrication des tartans vont devenir une réelle carte d’identité pour  leur reconnaissance, car selon les laines utilisées, les multiples teintures employées et le nombre de carreaux tissés, chaque région, chaque clan, chaque association peut revendiquer son motif ou sett.

 

Ce splendide textile est d’abord une décoration avant d’être un vêtement comme le kilt symbole de la nation écossaise. Il a conquis la France au cours du 19ème siècle. Les parisiennes riches et désireuses d’épater le grand monde sont tombées sous le charme romantique de cette étoffe originale, à tel point qu’il fallait de « l’écossais » partout. Les chapeaux, les manteaux, les robes de bal et de ville, les étoles, les tenues de sport, les ombrelles, les turbans, les costumes de bain et j’en oublie sûrement se parent de motifs à nuance bleue, rouge, verte. Dans L’Écho du Théâtre publié en 1867, on peut y lire la description d’une mode nouvelle « Robe en tartan Marie Stuart, jupon et par-dessus pareils ; ce dernier est à double collet, retenu dans le milieu par des choux écossais tartan ». Pour l’historique, le tartan Royal Stewart n’est pas rattaché à un clan ni même à Marie Stuart, c’est une création de la reine Victoria qui l’a imposé après son engouement pour les Highlands et le manoir de Balmoral dont le premier propriétaire fut le roi Robert II d’Écosse.

 

En 2018 le tartan est toujours à la mode !

 

Sur The Scottish Register of Tartans les nouveaux motifs de tartans sont enregistrés : https://www.tartanregister.gov.uk/whatsNew. Découvrez tous les tartans écossais, c’est une balade dans les clans, une découverte particulière intimiste des couleurs de l’Écosse à ne pas manquer. Maintenant si vos pas vous mènent à Édimbourg, vous ne pourrez manquer le moulin de tissage avec son exposition de tartan The Tartan Weaving Mill. Dans le Morayshire à Elgin, il existe une usine qui teint, file, tisse et finit le tissu sur place. Elle a la particularité d’avoir l’unique moulin vertical d’Écosse. Une visite s’impose pour y découvrir le tartan et admirer l’architecture ancienne de ce lieu.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer